passif circulant

Passif circulant : Explications et Compréhension

Le passif circulant est l’une des notions fondamentales dans l’économie d’une entreprise, au même titre que l’actif circulant. Terme barbare pour le commun des mortels, il est pourtant très connu des entrepreneurs et surtout auprès des comptables.

Pour cause, c’est l’un des indicateurs clés avec lesquels cerner les éventuels soucis de liquidités d’une entreprise. Si vous venez tout juste de créer la vôtre et souhaitez en savoir plus, apprenez ce qu’est le passif circulant, les éléments qui le composent, son intérêt dans la vie d’une entreprise et la manière de le calculer.

Qu’est-ce que le passif circulant ?

Le passif circulant est l’ensemble des dettes à court terme de l’entreprise, c’est-à-dire, celles qui doivent être payées dans une période de 12 mois maximum.

Ce sont les dettes qualifiées de non financières comme les dettes dues aux fournisseurs, et qui par définition, ne sont pas encore réglées. 

Il en est de même pour les dettes fiscales, les montants dus aux administrations comme les taxes, les impôts, les LPP, etc.

Une dette à court terme peut aussi être une somme d’argent empruntée ou un prêt financier remboursable en moins d’un an. Elle peut avoir été contractée par un agent économique comme une entreprise ou un particulier, donc, doit être remboursée au créancier prêteur.

Chez une entreprise, les dettes à court terme peuvent avoir servi à financer les emplois à court terme, des éléments d’actifs à moins d’un an. Elles peuvent aussi être des factures à payer et non seulement des comptes de fournisseurs.

Pour un État, la dette à court terme se décline en forme d’emprunts d’État comme les Bons du Trésor à taux fixe par exemple.

Le passif circulant diffère ainsi de l’actif circulant qui englobe la totalité des montants non encore encaissés par l’entreprise. Dans un bilan comptable, il se trouve dans la colonne de droite, celle qui regroupe la totalité des dettes qui permettent à l’entreprise de financer son actif. Ce sont les comptes restés créditeurs au moment de la clôture de l’exercice comptable ou de l’établissement de la situation de l’entreprise.

Le bilan comptable pour mieux comprendre le passif circulant

Pour mieux comprendre le passif circulant, voyons ce qu’est le bilan comptable.

Le bilan comptable est le recensement de tous les avoirs d’une entreprise ou d’une société, comparés à tout ce qu’elle doit encore à des tiers.

Grâce à lui, on peut avoir une vision globale de ce qu’une entreprise doit par rapport à ce qu’elle a. Dans la partie « Actif » est regroupé tout ce qu’elle possède : stocks de marchandises, matériel, fonds de commerce, bâtiments, etc. La partie « Passif » elle, rassemble ce que la société doit, aussi bien à la banque qu’aux actionnaires, fournisseurs ou encore à l’État…

La colonne de l’actif du bilan se divise elle-même en deux : un haut de bilan ou actif immobilisé et un bas de bilan ou actif circulant. Le haut de bilan est constitué des immobilisations incorporelles comme les fonds de commerce, et des immobilisations corporelles comme les machines, ainsi que des immobilisations financières telles que les dépôts de garantie.

Le bas de bilan est en outre composé de stocks, de titres de placement, de stocks et des disponibilités ou le solde crédit inscrit au compte en banque.

Le passif du bilan comptable se divise aussi en deux dont un haut de bilan ou capitaux propres et un bas de bilan ou dettes, le passif circulant lui-même.

Les capitaux propres ou le passif immobilisé se composent du capital de la société, ainsi que des bénéfices, des réserves ou des pertes, etc. Le passif circulant, lui, englobe les emprunts, éventuellement le solde débiteur au compte en banque, les dettes fournisseurs, etc. 

Il suffit ensuite d’interpréter les chiffres obtenus dans ces deux colonnes pour savoir si l’entreprise a réalisé des bénéfices ou si elle a enregistré des pertes.

Elle a réalisé des bénéfices si le total de l’actif est supérieur à celui du passif. Dans le sens contraire, son activité est déficitaire si c’est le total du passif qui est supérieur à celui de l’actif.

C’est dans ce sens que l’établissement du bilan comptable annuel qui contient le passif circulant est indispensable pour connaître la santé financière d’une entreprise.

Il permet entre autres d’appréhender les besoins en financement de la société et de chercher les solutions les plus adaptées au cas où il s’avère négatif.

Comment calculer le passif circulant ?

Le calcul du passif circulant se base sur le bilan comptable de l’entreprise.

Voici la formule qu’il faut appliquer pour déterminer le passif circulant :

Dettes fournisseurs + dettes fiscales et sociales

La composition du passif du bilan comptable dont le passif circulant 

Regardons maintenant plus en détails la composition du passif qui inclut le passif circulant du bilan comptable.

Selon le PCG ou le Plan Comptable Général, le passif est un élément du patrimoine de l’entreprise qui a une valeur négative pour elle.

Cela veut dire que la société a certaines obligations envers des tiers, des obligations qui peuvent l’inciter à sortir des ressources au profit de ceux-ci, ce, sans aucune contrepartie.

C’est l’ensemble de ces éléments qu’on nomme passif externe. Comme expliqué auparavant, ils se composent de capitaux propres et de dettes ou le passif circulant.

Les capitaux propres de la société 

Les capitaux propres englobent les ressources détenues par les actionnaires ou les associés suivant la forme juridique de l’entreprise.

Ils incluent le capital social dont le montant correspond à la valeur nominale des parts sociales qui le composent.

Ils comprennent aussi la réserve légale dont le montant est de 10 % de celui du capital social. Y sont aussi ajoutés les autres réserves et le report à nouveau dont les bénéfices réalisés dans les années passées et qu’on n’a pas encore versées aux associés.

Le passif circulant ou les dettes

Appelé également passif d’exploitation, le passif circulant totalise les soldes restants dus aux divers créanciers de l’entreprise au moment de l’établissement du bilan comptable. Ce sont ceux qui doivent être réglés dans les 12 mois au maximum, rassemblant aussi bien les dettes fiscales que celles sociales.

Elles sont appelées comme telles, car doivent être payées auprès de l’État pour les dettes fiscales, et auprès des organismes sociaux et les salariés pour les dettes sociales.

Les dettes fiscales comprennent les impôts et taxes dues aux Impôts sauf l’impôt sur les sociétés. Les dettes sociales sont en outre en faveur des salariés et URSSAF/MSA, de la caisse de retraite, de prévoyance, etc.

L’intérêt du passif circulant

Même si le passif circulant d’une entreprise est intimement lié à la politique de crédit accordé aux clients, il a toute son importance dans la vie de celle-ci.

En effet, connaître le montant du passif circulant permet de savoir celui du besoin en fonds de roulement ou BFR de l’entreprise. Pour cause, le BFR est obtenu par la différence existant entre le passif circulant et l’actif circulant.

Aussi, pour que l’entreprise puisse disposer d’une trésorerie positive et assurer elle-même ses dépenses, elle doit disposer d’un fonds de roulement net global supérieur à cette différence.

Le passif circulant pour déterminer le BFR

Le Besoin en fonds de roulement de l’entreprise résulte ainsi des écarts existants entre les flux monétaires. On indique par flux monétaires les décalages des paiements reçus ou les créances, des paiements réalisés ou les dettes, ainsi que le décalage dans la rotation des stocks.

Grâce à cet indicateur, l’entreprise peut couvrir son besoin financier résultant de ces décalages de trésorerie. En effet, le BFR dépend du délai de paiement accordé aux clients ainsi que de celui accordé par les fournisseurs à l’entreprise.

En sachant que : 

  • une créance renvoie à un décalage entre le moment où elle est enregistrée dans les comptes et celui où elle est payée,
  • un stock reste encore à la charge de l’entreprise entre le moment de son achat et celui de sa revente, 
  • un fournisseur renvoie aussi à un décalage entre le moment où il est enregistré comme une dette dans le bilan et le moment où celle-ci est effectivement payée.

Les actifs circulants comme les créances et les stocks génèrent ainsi un besoin de financement tandis que les dettes du passif circulant engendrent des ressources financières.

Ensemble, ils permettent de financer le cycle d’exploitation de l’entreprise. Cependant, de manière générale, il incombe au fonds de roulement de financer le BFR.

Le calcul du BFR via le passif circulant

Pour obtenir le BFR de votre entreprise, utilisez ainsi la formule :

BFR = Stocks + Créances clients – Dettes.

Vous pouvez aussi le savoir plus en détail en distinguant le BFR d’exploitation et celui hors exploitation. Dans ce cas, les formules à utiliser sont : 

  • pour le BFR d’exploitation = Actif circulant d’exploitation – Dettes d’exploitation, 
  • pour le BFR hors exploitation = Actif circulant hors exploitation — Dettes hors exploitation.

Pour un bilan comptable qui totalise un actif circulant d’exploitation de 110 000 euros par exemple et des dettes d’exploitation de 100 000 euros, le montant du BFR est de 10 000 euros.

C’est la différence qui existe entre les deux et que l’entreprise doit détenir si elle veut faire tourner de manière optimale ses affaires. 

L’analyse du BFR obtenu

Si après ces calculs, vous obtenez un BFR positif, c’est-à-dire, le montant de votre actif circulant est supérieur à celui de vos dettes, vous devez financer votre BFR par de la dette à court terme. Dans ces cas, vous pouvez essayer le découvert bancaire ou l’affacturage.

Avec un BFR nul où le total de votre actif circulant est le même que celui de vos dettes, alors, vous n’avez besoin d’aucun fonds de roulement.

Au cas où le résultat est négatif, avec un actif circulant inférieur aux dettes, alors là, vous pouvez vous féliciter d’avoir fait du bon travail.

En effet, il n’y a pas de BFR dans ce cas-là, mais d’excédent de ressources qui vous permettent d’améliorer la trésorerie de votre entreprise.

Une telle situation est donc favorable au développement de vos affaires, ce que tout entrepreneur souhaite pour rendre florissantes ses ventes.

Le passif circulant pour définir des ratios

Le passif circulant joue aussi un autre rôle dans l’analyse financière, car aide à définir plusieurs ratios importants pour l’entreprise. On en cite le ratio de liquidité générale et le ratio de liquidité réduite.

Le ratio de liquidité générale

On obtient le ratio de liquidité générale qui mesure la capacité de l’entreprise à payer ses dettes à court terme par le rapport entre l’actif circulant et le passif circulant.

La formule étant de : Actif circulant/Passif circulant, si le résultat est de 1 ou plus, l’entreprise est apte à payer ses dettes d’exploitation. Au cas où celui est de – 1, l’entreprise pourrait connaître des difficultés financières, mais à court terme.

Le ratio de liquidité réduite

En utilisant la formule (Actif circulant – Stocks)/Passif circulant, on obtient en outre le ratio de liquidité réduite qui a le même objectif que le ratio de liquidité générale. Seulement, les stocks n’y sont pas inclus, car ils ne peuvent pas être assimilés à du liquide.

Comment calculer le passif circulant ?

Rien de plus facile donc que de calculer le passif circulant. En effet, il suffit d’additionner le montant total des dettes fournisseurs avec celui de dettes fiscales et du montant des dettes sociales pour l’obtenir.

Quand une entreprise achète en effet des matériaux ou du matériel chez ses fournisseurs, elle peut obtenir des délais de paiement.

C’est l’ensemble de ces factures que l’entreprise n’a pas encore payées à la date du bilan qui constitue les dettes fournisseurs.

Selon la loi en vigueur, la date limite de ces délais de paiement est fixée au 30ème jour suivant la date de réception des marchandises ou de l’exécution de la prestation s’il s’agit de services.

Les deux parties peuvent pourtant s’entendre sur un délai plus long, mais qui ne peut pas dépasser 60 jours, ou par dérogation, 45 jours à compter de la date de la facture émise.

Les dettes fiscales comprennent en outre les impôts sur les bénéfices, les taxes sur le chiffre d’affaires, les charges à payer à l’État ainsi que les dividendes à payer aux actionnaires.

Les dettes sociales au profit des salariés intègrent les rémunérations dues, les avances et acomptes ainsi les charges à payer. Si au profit des caisses, ce sont celles qu’il faut payer à la Sécurité sociales et autres organismes sociaux.

Ce qu’il faut faire pour faire face à ses dettes à court terme ou son passif circulant

On voit ainsi que le passif circulant de l’entreprise peut peser lourdement sur ses finances et sa capacité à se développer si on n’y fait pas attention. Aussi, il faut maintenir un niveau suffisant de trésorerie pour y faire face et éviter à celle-ci de se retrouver perpétuellement négative.

En disposant de liquidités

Essayez ainsi de garder des liquidités pour parer à toute éventualité et ne pas accumuler facture sur facture. En effet, seul, disposer de liquidités suffisantes permet à une entreprise d’être assez réactive pour se développer et pouvoir faire face à une situation délicate.

Cela lui permet aussi de régler rapidement ses dettes à court terme tout en profitant des opportunités qui s’offrent à lui. Facile à dire qu’à faire, cela nécessite de changer quelques habitudes ou certaines règles de jeu vis-vis des clients, mais aussi, des fournisseurs de l’entreprise.

Consolidez par exemple les capitaux permanents de votre société en passant par des apports personnels en comptes courants, ou via une augmentation du capital par les associés actuels. Vous pouvez aussi ouvrir ce capital à de nouveaux associés, ou contracter un nouvel emprunt à moyen ou long terme. Essayez aussi de renégocier les délais de remboursements de vos prêts en cours pour ne pas devoir les régler d’un coup.

Une autre solution consiste à réduire votre actif immobilisé en procédant à une cession-bail-lease-back par exemple.

Cela signifie céder certaines de vos immobilisations à une société financière qui les paiera, mais vous laissera la tâche de l’exploiter en contrepartie d’une redevance locative. 

Vous pouvez tout aussi bien transformer un dépôt de garantie en caution bancaire ou céder certains de vos actifs matériels ou financiers qui ne vous servent pas tellement.

En réduisant son besoin en fonds de roulement

Vous pouvez aussi réduire le BFR de votre entreprise en diminuant le cycle d’exploitation par des délais de stockage plus courts tant des matières premières que des produits finis ou des marchandises.

Il vous est aussi possible d’accélérer vos processus de fabrication en ne stockant plus les produits qui s’écoulent très lentement. Au lieu de faire des achats en gros qui, quoique vous permettant d’obtenir des rabais de la part de vos fournisseurs, vous obligent à payer de grosses sommes, achetez maintenant à des montants plus bas.

Même si cette nouvelle manière de faire vous oblige à effectuer des achats plus fréquemment, cela vous évitera de payer de grosses sommes d’un coup. Elle vous allège aussi de vos problèmes logistiques comme pour les magasins de stockage par exemple.

Incitez aussi vos clients à payer plus rapidement afin de bénéficier de meilleurs services et du côté de vos fournisseurs, demandez à ce que vous payez par échéance plutôt qu’au comptant en l’absence d’escompte. 

Laisser un commentaire